Fâtimah Az-Zahrâ’ : la fille bien-aimée du Prophète ﷺ

Écoutez le nouvel épisode du podcast sur :

Lire pour mieux réfléchir : c’est le maître-mot de ce podcast et aujourd’hui on va se pencher sur « Fâtimah Az-Zahrâ’ : la fille bien-aimée du Prophète ﷺ » de ‘Abd as-Sattâr ash-Shaykh.

Comme d’habitude, pour commander le livre, je vous mets un lien en bas. Passez par mon lien affilié, c’est important pour aider mon projet à grandir. Vous pouvez aussi recevoir un bon de 5€ si c’est votre première commande chez mon partenaire Al Bayyinah en mettant le code parrain 231203404 à la validation de votre panier à l’étape de création de votre compte client.

Tout le monde la connaît sans vraiment la connaître

Fâtima fait partie des modèles de cette communauté. De nombreuses femmes portent d’ailleurs le même nom qu’elle en son hommage. Nous connaissons tous deux ou trois choses sur elle. Nous savons, par exemple, que le Prophète ﷺ l’aimait particulièrement, qu’elle était la femme de ‘Ali et la mère d’al-Hasan et d’al-Husayn.

Mais, c’est à peu près tout. 

Pourtant, si le Prophète ﷺ nous l’a décrite comme la maîtresse des femmes du Paradis, ce n’est pas pour rien. Est-ce que nous nous sommes déjà questionnés sur les raisons il l’a décrite comme telle ? Sa vie devrait nous donner des éléments de réponse, n’est-ce pas ? Est-ce que nous ne devrions pas chercher quelles étaient ses qualités pour chercher à les imiter, puisqu’elle a un statut si important ?

La Oumma a besoin de modèles

Je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, nous vivons une époque où la Oumma a besoin, plus que jamais, de modèles à suivre. La télévision et les réseaux sociaux nous présentent des modèles en prêt-à-suivre pour ne pas dire en prêt-à-consommer. Ces modèles sont en accord avec les valeurs de ceux qui nous les présentent. Or, ces gens représentent la société qui les a formatés. Cette société, je l’ai déjà dit plein de fois, elle baigne dans le modernisme. Un modernisme dont les caractéristiques principales sont la coupure d’avec la transcendance divine, l’instantanéité, la politique du moindre effort, la recherche du bonheur immédiat et de l’assouvissement de tout désir.

Est-ce que ce sont ces valeurs que nous voulons perpétuer dans la Oumma ?

Pourtant, en acceptant les modèles que l’on nous propose, pour ne pas dire que l’on nous impose, ce sont bien ces valeurs que l’on transmet. 

Alors que faire, me direz-vous.

Déjà, la prise de conscience est un pas important. C’est nécessaire. Nécessaire, mais pas suffisant. C’est le premier pas vers le changement. Et dans notre cas, le changement que l’on peut tenter d’opérer, c’est de proposer, à la place des modèles en placo qu’on veut nous imposer, de vrais modèles. De vrais modèles, fidèles aux valeurs que l’on souhaite répandre dans la Oumma.

Fâtima : un modèle pour la Oumma

Et Fâtima en fait partie. Elle est même dans le haut du panier des modèles que l’on devrait proposer à la Oumma. Et ses qualités représentent parfaitement l’essence même des valeurs qui sont nécessaires à la Oumma.

Mais ce livre ne fait pas que nous présenter les qualités de Fâtima.

L’auteur nous présente la vie de Fâtima. Sa vie du vivant du Prophète ﷺ, mais aussi après sa mort. Nous découvrons, par la même occasion, sa famille, sa mère, ses soeurs, son mari et ses enfants. Et, chose intéressante, nous découvrons les rapports qu’elle entretenait avec les gens de son époque, j’ai nommé les compagnons du Prophète ﷺ.

Beaucoup de choses ont été dites sur ça. Beaucoup de fake news. Nous découvrons dans ce livre que les Compagnons ne se sont pas contentés de se réjouir du mariage de Fâtima et ‘Ali, par exemple, ils l’ont également largement voire complètement financé. 

L’auteur s’applique, en plus de nous dépeindre Fâtima, à réfuter les mensonges et faussetés qui ont été dites à son sujet. Cette facette du livre est une vraie valeur ajoutée et permet au lecteur d’avoir une vision juste de ce qu’elle était, entre exagération d’un côté et sous-estimation de son statut de l’autre.

Les qualités de Fâtima : des valeurs pour la Oumma

Je parle depuis le début de ce podcast, de valeurs et des qualités de Fâtima. Je vais approfondir un peu plus ce point.

Je disais que la Oumma a besoin de modèles dont les qualités représentent les valeurs que nous cherchons à ancrer en nous tous. 

Du coup, quelles sont les qualités de Fâtima ? Elles sont innombrables, vous vous en doutez. Je vais en citer quelques unes qui sont de parfaits exemples des valeurs phares du modèle islamique par rapport au modèle moderniste que j’ai évoqué plus tôt.

Déjà, elle était à l’image de son père. Et l’auteur nous le dit clairement, en page 36 du livre : « Fatima ressemblait à son père dans son allure, son aspect, sa façon d’être, son apparence, sa quiétude, sa prestance, sa conversation, sa parole, sa démarche, sa manière de s’asseoir et ses nobles qualités, comme l’indiquent les descriptions des gens qui la connaissent le mieux. »

Concernant les qualités de Fâtima, l’auteur nous apprend que Fâtima était pudique, chaste, ascète, véridique, modeste, patiente, courageuse et pieuse. Et il résume ses qualités en disant, page 176 : « elle fut un modèle exemplaire de la fille, de la femme et de la mère. »

Je vais même aller plus loin, elle est un modèle pour toutes les musulmanes et tous les musulmans.

En résumé

En bref, le livre « Fâtimah Az-Zahrâ’ : la fille bien-aimée du Prophète ﷺ » de ‘Abd as-Sattâr ash-Shaykh met en lumière un éminent personnage. Il nous apprend qui était Fâtima, son immense statut dans la Oumma tout en réfutant les mensonges qui ont été proférées à son sujet. 

Le livre est écrit dans un style clair et la présence des sources que l’auteur utilise pour étayer son propos est un point très appréciable. 

Je vous recommande vivement sa lecture. 

Le passage que j’ai préféré se situe à la toute fin du livre. Fâtima vient de mourir, son mari l’a lavé et enterré et il va faire un discours, comme s’il s’adressait directement au Prophète ﷺ. J’ai trouvé ce discours déchirant et tellement émouvant. C’est donc ce passage que j’ai décidé de vous lire pour vous donner envie de lire le livre.

Voilà, j’espère que cette émission vous aura été utile. Si c’est le cas, partagez-la. Et n’oubliez pas : une Oumma qui lit est une Oumma qui vit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.