Souleymane : roman, banlieue et rimes

Lire pour mieux réfléchir : c’est le maître-mot de ce podcast et aujourd’hui on va parler de roman, de banlieue et de rimes. Ce n’est pas toujours facile de lire des livres qui posent et analysent des questions sociétales. Ce sont parfois de gros ouvrages, difficiles à lire et c’est facile de se laisser décourager. Du coup, il n’y a rien de mieux qu’un roman pour lier l’utile à l’agréable.

Souleymane de Sherine Soliman est un roman urbain rimé. Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Avant de répondre à cette question et de donner des détails sur ce livre, un petit rappel.

Si vous souhaitez commander le livre Souleymane de Sherine Soliman, je vous mets un lien d’affiliation juste en bas pour le commander chez mon partenaire Al Bayyinah. Et en faisant ça, vous pourrez faire vos achats et aider le podcast par la même occasion. Al Bayyinah est une boutique islamique en ligne dans laquelle vous retrouverez non seulement un large choix de livres mais aussi des jeux éducatifs, des produits de bien être et plein d’autres choses. Si vous n’avez pas encore de compte client chez Al Bayyinah, n’oubliez pas d’entrer mon code parrain 231203404 lors de la validation de votre panier à l’étape de la création de votre compte pour obtenir un bon de 5€.

Souleymane

Revenons à nos moutons. Le livre de Sherine Soliman suit le jeune Souleymane. Il vit dans le 93 et il va subir les épreuves de vie que beaucoup ont vécu ou vivent. Il a perdu son père très tôt et sa mère l’élève seule avec sa petite soeur. La vie n’est pas simple pour Madame Diakité, mais elle s’accroche parce qu’elle veut donner un avenir radieux à ses enfants. Mais la réalité de la vie et de la banlieue va rattraper cette petite famille et très vite Souleymane va devoir faire face à des situations qui ont fait dévier du droit chemin beaucoup de gens. Qu’en sera-t-il de lui ? Je vous laisse le découvrir en lisant ce roman.

Un roman urbain

La banlieue est omniprésente dans le livre Souleymane. Déjà, parce que l’histoire s’y déroule. Mais aussi parce qu’en plus de la banlieue, il y a les problèmes qui vont avec la banlieue. L’omniprésence de la violence y est frappante. Mais il n’y a pas que ça, il y a le trafic de drogues, le décrochage scolaire, le chômage, le racisme et toutes les causes et conséquences qui vont avec ses problèmes. On y retrouve également des personnages qui font ce qu’ils peuvent pour améliorer la situation, difficilement et avec peu ou pas de moyens. 

La lecture aura aussi un grand rôle à jouer dans le parcours du jeune Souleymane. Mais je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous spoiler.

Les gens qui vivent ou ont vécu en banlieue trouveront dans ce livre pas mal de choses qui leur ont été ou leur sont encore familiers. Ceux qui n’y ont jamais vécu pourront imaginer ce que cela peut représenter et ils pourront se questionner sur un certain nombre de questions de société.

Un roman rimé

Mais ce qui fait la véritable originalité de ce livre de Sherine Soliman, c’est le fait qu’il soit écrit en rimes. On ne peut que saluer la performance de l’auteur. Il a su imaginer une histoire cohérente de la première à la dernière page, avec tous les rebondissements d’un roman initiatique que vous pouvez imaginer, dont les questionnements sous-jacents parleront à beaucoup de gens et tout ça en s’imposant une contrainte difficile à respecter. 

En résumé

Souleymane de Sherine Soliman est un roman qui est, comme la quatrième de couverture nous le dit, au carrefour de la poésie et du slam. Il aborde des thèmes qui tournent autour de la banlieue et d’un certain nombre de sujets de société très actuels et qui feront écho en beaucoup de gens. 

En plus de l’histoire et de l’originalité de l’écriture en rimes, j’ai aimé la multitude de références livresques. L’auteur fera des clins d’oeil à des auteurs comme Victor Hugo, Aimé Césaire, Frantz Fanon, James Baldwin, et plein d’autres. Il évoquera aussi des personnages historiques comme l’émir Abdelkader, Ali la Pointe, Toussaint Louverture, Malcolm X et la liste est longue. J’ai aimé ça parce que les évoquer au détour de l’histoire peut donner envie d’en savoir plus sur eux et peut inciter certains lecteurs à faire leurs propres recherches. 

Avant de conclure en vous lisant un passage du livre, j  e vous incite à encourager cette initiative de Sherine Soliman. Il est d’ailleurs présent sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram, en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.