Comment trouver un juste milieu entre travail et spiritualité ?

Vous pouvez écouter ce podcast sur :

Lire pour mieux réfléchir : c’est le maître-mot de ce podcast et aujourd’hui on va se pencher sur une question que tout le monde s’est posé un jour : « Comment trouver un juste milieu entre spiritualité et vie professionnelle ? », ou autrement dit « Gagner sa vie sans se perdre ». Et ça tombe bien parce que c’est exactement le titre du livre de Khaled Maaroub dont on va parler, aujourd’hui .

De quoi parle le livre ?

Khaled Maaroub le dit très explicitement, « cet ouvrage essaie autant d’identifier le sens du travail à partir de la spiritualité musulmane que de faire découvrir la dimension spirituelle de l’islam à travers la notion de travail ». Et pour traiter de cette problématique, il va suivre trois grands axes.

Le premier axe développe le sens spirituel que peut avoir le travail. Il va, par exemple,  expliquer qu’ « en islam le travail n’a pas de valeur intrinsèque indépendante de son sens spirituel » et qu’il « n’est un acte d’adoration que s’il est accompli par adoration de Dieu ».  Il va donc développer l’idée selon laquelle toute activité n’est pas forcément adoration, tout comme « l’abstention n’est pas toujours synonyme de passivité et de paresse ».

Le travail doit répondre à un certain nombre de conditions et un travail peut être illicite. En sachant que le travail illicite a des conséquences puisque l’auteur nous dit : « Les conséquences du travail illicite peuvent se manifester dès l’ici-bas à travers de nombreux problèmes physiques et psychologiques ainsi que des obstacles dans la vie spirituelle. »

Le travail ne doit pas être une fin en soi. La véritable raison d’être du travail se situe dans la purification de l’âme et le dépassement pour Allah. Parce que, comme le dit Khaled Maaroub, « à quoi bon réussir professionnellement si l’on échoue spirituellement ».

Dans un deuxième axe, l’auteur définit la manière dont la spiritualité peut et doit impacter l’être humain au niveau professionnel.

La spiritualité peut aider le croyant dans sa vie professionnelle à plusieurs niveaux. Déjà, elle l’aidera à développer des qualités qui lui seront bénéfiques entre autres dans son travail. Mais elle peut également lui permettre de se débarrasser des défauts de l’âme qui peuvent survenir dans sa vie professionnelle.

Enfin, dans un troisième axe, il va évoquer plus particulièrement le travail au quotidien. Il va s’agir ici de conseils encore plus complets et applicables. Par exemple, la nécessité de se détacher des résultats, de bien gérer son temps et ce que ça signifie, l’importance du dhikr, mais aussi comment gérer les conflits au travail.

Ce que j’ai aimé

Bien que l’on connaisse globalement l’essentiel de ce qui est dit, ne serait-ce que de manière intuitive, l’ouvrage de Khaled Maaroub a le mérite de faire le point sur ce qu’il faut savoir de ce sujet de la spiritualité et du travail. Et il aborde le sujet sous plein d’angles différents. Les axes choisis par l’auteur sont très éclairants. On comprend bien que tout travail n’est pas forcément bon et que parler de spiritualité ne veut pas dire qu’il n’y a aucune règle à respecter, bien au contraire. Ce que j’ai retenu comme message général, c’est que le travail doit toujours être au service de la spiritualité pour ne pas être au service de l’égo.

Le livre est découpé en trois parties qui représentent les trois grands axes cités plus tôt. Chaque partie est divisée en chapitres. Et chaque chapitre est dédié à une notion importante du sujet.

J’ai trouvé très intéressante l’idée de diviser chaque chapitre en deux. D’abord un petit résumé de ce qu’il faut savoir sur la notion choisie. Ensuite, une rubrique méditation dans laquelle on retrouve exclusivement des citations. L’objectif est clairement de s’arrêter à la fin de chaque chapitre pour réfléchir sur la notion abordée en utilisant les citations rapportées par l’auteur comme support de méditation. Cela pourra même être, selon moi, le support d’activités entre amis ou en famille. On peut prendre une ou deux citations par assise et réfléchir sur le sujet.

Donc, vous l’aurez compris, ce livre ne se lit pas forcément d’une traite. Il sera certainement plus intéressant et plus utile s’il est dégusté pour mieux assimiler et s’imprégner de son contenu.

Il donne plein de références. Les auteurs cités (par exemple Guénon, Muhasibi, Ghazali, Schuon, ibn ‘Ata’i Llah, etc. ) ne sont pas non plus trop nombreux. Et je trouve que cela permet de garder une cohérence dans le propos et une ligne directrice. D’autant plus qu’il y a cohérence dans les auteurs cités, ils sont plutôt de tendance traditionnaliste au sens guénonien et/ou ancrés dans la spiritualité.

Autre chose, comme pour Le souffle de l’Esprit de Sofiane Meziani, il y a plusieurs niveaux de lecture. Ceux qui connaissent la Tradition primordiale comprendront de manière profonde ce qui est caractéristique du traditionalisme guénonien dans le message de l’auteur. Et ceux qui ne connaissent pas ne seront pas lésés parce qu’ils comprendront quand même très bien ce que développe Khaled Maaroub dans son ouvrage. J’aime particulièrement ce genre de livres qui possèdent plusieurs niveaux de lecture. Je trouve cela enrichissant et cela permet de pouvoir y revenir encore et encore en fonction de l’avancement du cheminement personnel de chacun.

En résumé

Il s’agit d’un livre qui traite de la thématique du travail et de la spiritualité de manière synthétique. Les rubriques « méditation » permettent de faire des pauses pour mieux s’imprégner du message que veut véhiculer l’auteur. Le style clair et synthétique de l’auteur vient éclairer les citations des auteurs qu’il cite et qui peuvent être d’un niveau un peu plus coriace, ce qui est très agréable et utile.

Si le thème vous intéresse et que vous voulez le point de vue d’un auteur influencé par des références à la spiritualité prononcée et par le traditionalisme guénonien, alors ce livre est fait pour vous. 

Si vous souhaitez commander le livre Gagner sa vie sans se perdre de Khaled Maaroub, je vous mets un lien d’affiliation juste en bas pour le commander chez mon partenaire Al Bayyinah. Si vous n’avez pas encore de compte client chez Al Bayyinah, n’oubliez pas d’entrer mon code parrain 231203404 lors de la validation de votre panier à l’étape de la création de votre compte pour obtenir un bon de 5€.

J’espère que cette émission vous aura été utile. Si c’est le cas, partagez-la. Et n’oubliez pas : une Oumma qui lit est une Oumma qui vit.

Join the ConversationLeave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment*

Name*

Website